Calendrier des vacances scolaires

Un bel hommage à M. MACE

Le  secrétaire général d'académie, Yvon MACE, quittera ses fonctions à la fin de ce mois d'avril pour jouir d'une retraite bien méritée. Il a été honoré lors d'une cérémonie en visioconférence en raison de la crise sanitaire, cérémonie durant laquelle la rectrice de région académique, Christine GANGLOFF-ZIEGLER, lui a rendu un hommage appuyé et lui a remis l’insigne de Chevalier dans l’Ordre National du mérite.

Une grande fierté pour M. MACE qui a exercé pendant 2 ans dans l’académie.

Originaire de Saint Brieuc, M. Macé a mené sa brillante carrière au sein du ministère de l’Education nationale en passant par les services centraux, les inspections académiques du Cher et des Landes et les rectorats de Nantes, de Bordeaux et enfin de Guadeloupe.

Au cours de ses deux années de fonction dans la région académique de la Guadeloupe, Yvon MACE a su faire évoluer les services du rectorat et a été particulièrement apprécié pour son efficacité, ses compétences, son engagement et sa capacité d’écoute par les personnels et par les interlocuteurs de l’académie.

Dans son discours, M. Macé a tenu à remercier la rectrice, le comité de direction, tous les cadres et les personnels de l’académie et à souligner l’importance des missions de l’éducation nationale tout particulièrement pour les jeunes de Guadeloupe et pour ce territoire qui a de nombreuses qualités et auquel il s’est attaché.

Il sera remplacé dès la semaine prochaine par M. Dominique BERGOPSOM qui était auparavant secrétaire général adjoint en charge des ressources humaines au rectorat de Clermont-Ferrand.

 

 

Extrait du discours de Yvon MACE

"J’ai surtout rencontré des femmes et des hommes attachés à ce territoire, ouverts et conviviaux, accueillants tout en conservant la mémoire de leur histoire.

J’ai pris mes fonctions comme secrétaire général de l’académie de Guadeloupe il y a exactement 2 ans, jour pour jour. J’ai pu rapidement apprécié la qualité et les compétences des femmes et des hommes qui font vivre cette académie. Qu’ils soient chefs d’établissement, inspecteurs pédagogiques, personnels administratifs dans les services académiques ou dans les établissements.

J’ai également pris la mesure des enjeux auxquels la Guadeloupe est confrontée. Des enjeux de taille avec des contraintes géographiques et sociales fortes. Ce sont ces enjeux que vous vous êtes attachés à prendre en charge dès votre arrivée dans l’académie, madame la rectrice. Avec une réelle conviction et une ambition sincère pour la Guadeloupe. Je voudrais vous dire ici combien j’apprécie, et combien celles et ceux qui travaillent de près ou de loin avec vous, apprécient à la fois votre professionnalisme et vos qualités humaines.

Ainsi que vous l’avez rappelé, madame la rectrice, j’ai exercé mes fonctions dans différentes structures, différents lieux géographiques, à divers postes de responsabilité. Dans l’ensemble de ces postes, j’ai rencontré des collègues, des collaborateurs, des supérieurs hiérarchiques qui m’ont beaucoup apporté, par leurs compétences, leur implication, leurs qualités humaines.

Je crois que c’est notre honneur de travailler dans la plus grande harmonie possible avec des collègues ou des collaborateurs que l’on n’a pas nécessairement choisis, mais avec qui l’on se doit de partager un objectif commun qui est le service public. Et je crois profondément au sens du service public. Ce n’est pas un vain mot et il me semble qu’il est au cœur de nos engagements, au quotidien.

Ces 2 ans passés avec vous tous sont un objet de grande fierté et de satisfaction pour moi. Je suis fier d’avoir pu travailler au service de ce territoire complexe, difficile parfois, attachant toujours. J’ai essayé modestement de contribuer à la réussite de l’académie, en apportant mon expérience, en fédérant les énergies et les compétences des uns et des autres autour d’objectifs volontaristes.

Je voudrais tout d’abord saluer les chefs d’établissement et leurs équipes. C’est sur vous que repose au final la mise en œuvre des réformes, des évolutions des politiques éducatives. Et les temps sont particulièrement riches dans ce domaine. La complexité de votre métier s’est considérablement accentuée depuis quelques années. La crise sanitaire a, par ailleurs, sérieusement compliqué votre tâche. Et vous avez à faire face à de multiples adaptations en liaison avec les services académiques. Un des grands enjeux de nos organisations, c’est je crois de rendre plus efficientes nos procédures communes, et de concilier au mieux l’autonomie des établissements et le cadrage académique.

Je souhaite aussi saluer les enseignants, sans qui évidemment toutes nos organisations n’auraient aucun sens. Enseigner est un métier à part. On dit parfois que c’est une vocation. Je ne sais pas si c’est une vocation, mais je suis admiratif du travail qu’accomplissent les enseignants, dans des conditions rendues particulièrement compliquées en ce moment avec la crise sanitaire.

 A travers eux, j’adresse un salut à leurs représentants syndicaux et de façon plus générale, à l’ensemble des représentants syndicaux de l’académie. Les relations entre l’administration et les syndicats ne sont pas un long fleuve tranquille. Je crois que chacun peut en convenir. Les points de vue sont différents et c’est normal. C’est justement ce qui permet les échanges et le dialogue.

Ce dialogue social est indispensable et nécessaire et je sais, madame la rectrice, que vous y êtes très attachée. J’ai pratiqué ce dialogue social dans différents contextes durant ma carrière. J’ai toujours reconnu l’investissement personnel des collègues qui assurent un mandat syndical et j’ai pu apprécier le travail de concertation conduit dans le cadre institutionnel. Je suis convaincu que ce travail de concertation ne peut être réellement efficace et constructif que dans un contexte de respect des personnes et des idées, ce qui a été très souvent le cas dans ma carrière.

Je voudrais bien sûr remercier les collègues des services académiques. Pour avoir travaillé plus ou moins directement avec un certain nombre d’entre vous, je sais que l’académie recèle de grandes compétences que j’ai pu apprécier au fil des jours. La période de confinement de l’année dernière a démontré que, quelles que soient les circonstances, la continuité administrative était assurée. Je voudrais notamment remercier les chefs de service et de division qui s’attachent à organiser et faire fonctionner les services, dans un contexte très évolutif, notamment en période de covid. Je ne veux pas en citer de peur d’en oublier…La coordination et l’animation des services reste, en effet, un enjeu essentiel.

Je remercie aussi de leur collaboration les conseillers techniques, les délégués de région académique et les inspectrices et inspecteurs pédagogiques avec lesquels j’ai plus directement travaillé autour de dossiers importants, que ce soit la carte des formations professionnelles, l’affectation des élèves, l’école inclusive, l’accueil des élèves allophones…et bien d’autres.

Une grande maison comme le rectorat, c’est une diversité de compétences et d’expertises. Et c’est l’alchimie de ces compétences administratives, financières, éducatives, pédagogiques qui contribue à un fonctionnement efficace de notre structure au service des élèves.

J’ai, bien sûr, une pensée particulière pour les collègues et collaborateurs avec lesquels j’ai été amené à travailler au quotidien : l’équipe rapprochée de madame la rectrice au sein du comité de direction. (...), mon assistante et les collègues que je croise tous les jours et qui m’accueillent avec sourire (...).

Yvon MACE