Calendrier des vacances scolaires

Préparer des professionnels chevronnés de l’audiovisuel

Pour la première fois dans l’académie, en octobre, s’est déroulée une masterclass pour les élèves des options « audiovisuel » entre deux établissements : le lycée Félix Proto et le collège Aurélie Lambourde.

Tous deux situés aux Abymes, ces établissements tentent de mutualiser leurs idées et leurs moyens pour créer une passerelle entre les deux options « audiovisuel » de chaque établissement. Ce lien, actuellement en pleine formation, est notamment caractérisé par l’organisation de masterclass pour les élèves.

Ils ont pu participer à leur première expérience « de professionnels » conjointement. Celle-ci avait été organisée par Mme Parcheminal du lycée Félix Proto, à la MJC des Abymes, dans le cadre du festival international du film des droits humains de Guadeloupe, « Monde en vues ».

Alors que les lycéens avaient pour objectif d’apprendre à filmer le mouvement pour préparer la captation en direct d’une prestation de Gwoka (danse et musique) au Memorial Acte, deux collégiens ont été associés aux exercices d’entraînement de ce travail. Durant deux après-midi, ils ont intégré l’équipe des lycéens supervisée par le réalisateur professionnel Patrick Philogène, qui accompagne l’option « audiovisuel » au lycée depuis plusieurs années, et qui a assuré l’encadrement technique de cette masterclass.

L’idée était de former les jeunes à la prise de vue en multi caméra. Il a d’abord fallu constituer des équipes de tournage avec scriptes, réalisateurs, opérateurs de prise de vue, dans le but d’anticiper le tournage en direct. Les élèves ont pu se rendre compte de l’importance de bien réfléchir en amont à l’implantation du matériel afin de préparer de façon optimale le montage.

« Dans un cas comme celui-ci, où nous n’avions que peu d’informations par rapport au spectacle, il faut jouer la carte de la sécurité. On place donc d’abord une caméra fixe en grand angle qui filme l’ensemble du spectacle de face. Cet appareil assure également la prise de son. On installe ensuite plusieurs autres caméras (ici trois, placées en champ et contre champ. L’une d’entre elle, par exemple, n’est posée que sur les musiciens et alterne des plans serrés et des plans moyens (respect des valeurs de plans) », explique Patrick Philogène. Selon le professionnel, c’est ce genre d’exercices pratiques qui donne du sens aux apprentissages : « Les élèves ont du mettre en place eux-mêmes le matériel et comprendre que dans une telle configuration, l’organisation humaine détermine la réussite de l’organisation technique. Nous avons alors la garantie de ne rien perdre du spectacle et le montage est anticipé. Il se fera par la suite sur quatre pistes vidéo afin de permettre à l’image de suivre à la fois le rythme musical et les mouvements de la danseuse ».

Pour Johan, 3ème Henry, et Nelly, 3ème Jordan, avoir accès à ce genre de matériel professionnel, changer de postes régulièrement, a été une véritable opportunité. « M. Philogène a supervisé les exercices en donnant des directives mais nous a laissé faire en autonomie. Le premier jour, c’était un peu intimidant mais le travail nous a permis de nous intégrer facilement aux lycéens. Au final, l’ambiance générale était super et la masterclass a été très formatrice sur l’organisation du travail en équipe. Nous avons aussi compris qu’il fallait soigneusement préparer en détail l’ensemble des prises de vue pour mieux les gérer en situation. Ce passage de la théorie à la pratique donne envie de recommencer ce type d’échanges avec les lycéens ».

 

L'option audiovisuel

Au lycée Félix Proto, il existe une option « audiovisuel » dirigée par Mme Parcheminal. Les lycéens qui y sont inscrits doivent se former depuis la seconde afin de présenter plusieurs réalisations pour le baccalauréat trois ans plus tard. Le collège Aurélie Lambourde dispose lui aussi d’une option dans le même domaine. Celle-ci représente une opportunité sur le plan de l’ouverture culturelle et la découverte de métiers et s’adresse aux collégiens de 4e et de 3e volontaires. Gérald Angélique en est le principal responsable.

Dans le but de créer une « filière » audiovisuel beaucoup plus solide et transparente pour les familles, les équipes pédagogiques des deux établissements ont décidé cette année de travailler de concert. Donner du sens aux apprentissages, à la liaison interdegrés et optimiser les moyens déjà disponibles (matériel, transports, …) sont les axes de cette collaboration. Il s’agit aussi  de communiquer autrement aux familles des collégiens par un message fort, de donner plus de « légitimité » à cette option au collège en réaffirmant sa place au regard de la pérennité effective des apprentissages grâce à ses possibilités en termes d’orientation (LGT Félix Proto puis éventuellement BTS audiovisuel à Pointe-Noire) et, par la suite, à des débouchés professionnels bien réels, dans le cadre du parcours avenir.

Vaste ambition donc, ce projet est pour l’instant en « chantier » avec, entre autres, le remaniement de l’organisation des apprentissages en modules avec révision du cahier des charges quant aux attentes et aux exigences de productions audiovisuelles au collège et la participation à des sessions de formation accélérées sous la forme de masterclass communes aux collégiens et aux lycéens. La prochaine se tiendra au premier semestre 2020. Le formateur, Lucas Sousseing, un ancien élève du lycée Providence, est aujourd’hui étudiant en second cycle. Il a accepté de partager son savoir à la manière d’un grand frère.

 

Stéphanie TOLLET
Professeure documentaliste