Calendrier des vacances scolaires

Agir efficacement en cas de crise

Le 6 septembre 2018, à l’occasion du 1er anniversaire du passage du cyclone Irma, sur nos îles, le recteur d’académie, Mostafa FOURAR, a installé officiellement la cellule académique de gestion de crise et présenté le Guide de gestion de crise.

En effet, le cyclone Irma a touché la Guadeloupe et dévasté Saint-Martin et Saint-Barthélemy, provoquant des dégâts considérables. Ce cyclone a fortement impacté les écoles et les établissements scolaires et le personnel de l’Education nationale a dû gérer une crise d’une ampleur exceptionnelle dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui.

L’objectif de cette organisation de crise est de pouvoir réunir les personnes et les moyens nécessaires pour faire face à tout type de crise (catastrophes naturelles, mais aussi attentats, crise sanitaire,…).

La cellule académique de gestion de crise est à présent formée autour du recteur, avec des membres permanents et remplaçants. Des experts seront associés autant que de besoin.

L’objectif de ce dispositif en cas de crise, étant que dès les premières minutes de l’événement (et, autant que possible notamment pour la saison cyclonique, en prévision des événements), toutes les équipes du rectorat soient mobilisées.

Au-delà de la cellule de crise, le recteur a également souhaité doter l’académie d’un Guide de gestion de crise, basé sur un retour d’expérience, réalisé en collaboration avec la société CRISOTECH.

Ce guide se compose de fiches réflexes pour tout type de crise, de fiches de rôles, de processus de prise de décision en mode dégradé,...

Le rectorat a également acquis des moyens techniques tels que des téléphones satellites pré-positionnés en différentes parties du territoire, et a mis en place un espace de crise en ligne. Tout est donc mis en place pour pouvoir communiquer avec les établissements impactés par une crise au plus vite, pour avoir une idée précise de la situation, et prendre les bonnes décisions afin d’assurer un retour à la normale le plus rapidement possible.

« Nous ne pourrons jamais prévoir l’avènement, ou les conséquences d’une catastrophe naturelle. Mais nous pourrons, grâce à ce dispositif de crise, agir rapidement », a déclaré le recteur.